mardi 12 décembre 2017

Les vaines danseuses de Paul Valery


Les vaines danseuses 

Celles qui sont des fleurs de l'ombre sont venues
Troupe divine et douce errante sous les nues
Qu'effleure ou crée un clin de lune... Les voici
Mélodieuses fuit dans le bois éclairci.
De mauve et d'iris et de mourantes roses
Sous les grâces de nuit sous leurs danses écloses
Qui dispensent au vent le parfum de leurs doigts.
Elles se font azur et profondeur du bois
Où de l'eau mince luit dans l'ombre, reposée
comme un pâle trésor d'éternelle rosée
Dont un silence immense émane... Les voici
Mystérieuses fuir dans le bois éclairci,
Furtives comme un vol de gracieux mensonges.
Des calices fermés elles foulent les songes
Et leurs bras délicats aux actes endormis
Mêlent, comme en rêvant sous les myrtes amis,
Les caresses de l'une à l'autre... Mais certaine
qui se défait du rythme et qui fuit la fontaine,
Va, ravissant la soif du mystère accompli,
Boire des lys l'eau frêle où dort le pur oubli.

Paul Valery

Violette dame mauve le 12 décembre 2017

jeudi 7 décembre 2017

Citations et expressions


"La haine c'est l'hiver du coeur"

Victor Hugo dans Les contemplations


Violette Dame mauve le 7 décembre 2017

Merci de vos participations.

Lady Marianne

Covix


mardi 5 décembre 2017

La neige à travers la brume



La neige à travers la brume
Tombe et tapisse sans bruit
Le chemin creux qui conduit
A l'église où l'on allume
Pour la messe de minuit.

Londres sombre flambe et brûle
La chère qui s'y cuit
Et la boisson qui s'ensuit !
C'est Christmas et sa coutume
De minuit à minuit.

Sur la pluie et le bitume
Paris bruit et jouit.
Ripaille et Plaisant déduit,
Sur le bitume et la plume
S'exaspèrent dès minuit.

Le malade en l'amertume
De l'hospice où le poursuit
Un espoir toujours détruit
S'épouvante et se consume
Dans le noir d'un long minuit...

La cloche au son clair d'enclume
Dans la cour fine qui luit,
Loin du péché qui nous nuit,
Nous appelle en grand costume 
A la messe de minuit

(Paul Verlaine - recueil du bonheur 1891)

Violette Dame mauve le 5 décembre 2017

Pour
Mardi poésie de Lady Marianne

dimanche 3 décembre 2017

Journal d'une septuagénaire 12


Nuit, aube, journée et soirée  très venteuses
Et la véranda même avec des baies vitrées
N'est pas dans une ambiance chaleureuse
La Tramontane n'aide pas à la réchauffer.
DM va vraiment sérieusement  y penser.
Fauteuils  dans le séjour-cuisine ramenés
Pour, ainsi, la bonne température profiter
Et  un bol de soupe de pot-au-feu déguster.
Elle abandonne donc son journal pour l'instant
Pour ensuite confortablement installée
Regarder un film ou une série à la télé.

Violette Dame mauve le 03 décembre 2017



jeudi 30 novembre 2017

Citations et expressions n°48


"Tous peuvent entendre mais seuls les êtres sensibles peuvent comprendre"

(Khalil Gibran - Larmes et Sourires - 1914)

Merci pour votre participation  

Lady Marianne

Covix

mercredi 29 novembre 2017

Journal d'une septuagénaire 11


          Depuis deux jours elle s'adonne à la pâtisserie. Ce n'est pas Noël pour elle si elle ne fait pas des spritz et des sablés décorés. Elle en confectionne tous les ans pour ses quatre enfants. Cela prend du temps mais elle adore cela. Et puis, son époux l'aide, c'est lui qui tourne la manivelle de l'appareil et qui le lendemain orne une partie des sablés.

          En début d'après-midi, elle change les piles pour l'éclairage des décorations de Noël. Les petits sapins transparents près de la crèche et du village enneigé demandent trois piles boutons pièce! Elle a reçu sa commande le matin, un lot de 50 piles! C'était une occasion sur Internet. Tout fonctionne alors tout va bien.

      Elle a reçu un appel de son petit-fils de bientôt 22 ans. Incroyable comme  ce "gamin" est adorable! Elle est très fière de lui et de ce qu'il accomplit. Il ne manque jamais de lui donner les dernières nouvelles de sa vie professionnelle. Sa soeur donne également des nouvelles. Elle les adore.

          Dans la soirée, elle a également parlé à une de ses filles jumelles au téléphone dont la vie n'est pas facile en ce moment. Elle sait cependant qu'elle s'en sortira. Les événements sont en bonne voie. De toute façon elle la soutiendra quel que soit sa décision. Elle n'influe pas sur cette décision, elle se contente d'écouter sa fille et d'être là chaque fois qu'elle en éprouve le besoin.

          Belle-maman a appelé à 19 heures, elle s'ennuyait. Là encore le fait de la laisser parler, de l'écouter a permis qu'elle se sente mieux. Elle a de sérieuses pertes de mémoire, qu'importe, à bientôt 92 ans elle n'a pas besoin de s'en excuser. Ce n'est pas Alzheimer même si cela y ressemble. Heureusement, sa santé est bonne. La dame mauve a eu plaisir à lui parler.

          Presque minuit, la fatigue se fait sentir, alors vite au lit!

Dame mauve le 29 11 2017


mardi 28 novembre 2017

Poésie du mardi : Le vin perdu de Paul Valéry

Comme nous étions en période de vin primeur j'ai choisi ce thème pour Mardi Poésie pour le jeu de Lady Marianne



Le vin perdu

J'ai, quelque jour, dans Océan,
Mais je ne sais plus sous quels cieux,
Jeté, comme offrande au néant,
Tout un peu de vin précieux.

Qui voulut ta perte, Ô liqueur ?
J'obéis peut-être au devien ?
Peut-être au souci de mon coeur,
Songeant au sang, versant le vin.

Sa transparence accoutumée
Après une rose fumée
Reprit aussi pure la mer...

Perdu ce vin, ivres les ondes!...
J'ai voulu bondir dans l'air amer
Les figures les plus profondes.

(Paul Valéry)

Pour 

Violette Dame mauve le 29 11 2017

lundi 27 novembre 2017

Journal d'une septuagénaire 10


          Après une nuit salvatrice car huit heures de sommeil, elle prend le taureau par les cornes et décide de ranger la plus grande armoire de la cuisine. 
        Chaque fois qu'elle ouvrait l'une des portes, un tupperware se faisait la malle. Alors tri dans les gamelles et les couvercles, et il y en a! Sans compter ceux qui sont rangés ailleurs!
          Il lui a fallu trois heures pour tout aménager mais le résultat vaut le coup!






Violette W-Ruer le 27 11 2017

jeudi 23 novembre 2017

Citations et expressions n°47




"Ah! que mille fois plus aimée
La violette, fleur des bois! 
Et que plus saine mille fois
La chambre qu'elle a parfumée!
Son baume, loin d'appesantir,
Allège et fait l'âme nouvelle;
Mais fine, il faut s'approcher d'elle,
La baiser pour la sentir."

(René-François Prudhomme 1839 -1907)

Violette Dame mauve le 23 novembre 2017



Merci de vos participations


mercredi 22 novembre 2017

Journal d'une septuagénaire 9


          Une nuit peuplée de rêves, de cauchemars lui donne de  l'inspiration pour continuer son dernier manuscrit. C'est d'ailleurs de cette façon qu'a commencé "Les tulipes jaunes" il y a quelques temps.... Déjà 200 pages, cela continue doucement mais cela progresse. L'intrigue est compliquée et ne suit pas vraiment le plan de départ. Elle n'aime guère les fins prévisibles. Les personnages ne courent pas au milieu d'une rue lorsqu'ils sont poursuivis comme dans les films alors qu'ils ont des tonnes de moyens pour se cacher.

          Après trois jours de marche elle a des courbatures et pourtant elle devrait s'habituer! Il faut dire que la nuit fut difficile une fois encore... Cela devient lassant de vivre ces douleurs et surtout d'en parler, alors elle s'arrête là.

          Dans la soirée elle a commencé à orner le haut du sapin (artificiel d'un mètre 80), surtout à mettre les guirlandes lumineuses à Led, la base dela décoration. Elle n'est pas au bout de ses peines car elle a prévu beaucoup de choses mais elle a le temps de le faire doucement jusqu'à la Saint Nicolas conforme à la tradition lorraine.
Ce sera un peu plus tôt car elle a des invités le 2 décembre et elle ne peut laisser le salon en chantier.

          Maintenant elle va s'asseoir confortablement dans un fauteuil et regarder "Esprits criminels" puis un film enregistré.

*
          Il sera  bientôt minuit, elle se décide enfin à aller se coucher. Un petit coup de Argel7 sur les douleurs  un Doliprane 1000 et peut-être arrivera t-elle à dormir.

Violette Dame mauve le 22 Novembre 2017

mardi 21 novembre 2017

Poésie du mardi : Paul Valéry

Je conserve toujours le même auteur
Paul Valéry
Ses poèmes sont très beaux
alors aujourd'hui :

Un feu distinct



Un feu distinct m'habite, et je vois froidement
la violente vie illuminée entière...
Je ne puis plus aimer seulement qu'en dormant
Ses actes gracieux mélangés de lumière

Mes jours viennent la nuit me rendre des regards;
Après le premier temps de sommeil malheureux,
Quand le malheur lui-m^me est dans le noir épars
Ils reviennent me vivre et me donner des yeux.

Que si leur joie éclate, un écho qui m'éveille
N'a rejeté qu'un mort sur ma vie de chair,
Et mon rire étranger suspend à son oreille,

Comme à la vide conque un murmure de mer,
Le doute, sur le bord d'une extrême merveille,
Si je suis, si je fus, si je dors ou je veille ?

Paul Valéry

Violette Dame mauve le 21 11 2017

Pour Lady Marianne


jeudi 16 novembre 2017

Journal d'une septuagénaire 8



Une journée paisible. 

          Oui en effet, une journée bien commencée. Elle s'est levée sans ressentir de douleur dans la hanche. Elle est donc sortie se promener le long du port à Port-Leucate. Le retour fut un peu fatigant parce qu'elle n'at pas fait d'exercice les deux jours précédents à cause d'une très forte tramontane.Total des pas ce soir : 3154. Ce n'est pas pire!

          Le soleil au travers de la baie vitrée chauffe le salon, donc pas la peine d'avoir du chauffage. Le soir il fait un peu frais mais une bonne couverture fait son office.

          Dans l'après-midi, suite de l'emballage des cadeaux de Noël comme le montre la photo.

      Dans la soirée, visite des pompiers de Leucate pour le calendrier.
         
          Là, après avoir regardé à la télévision deux épisodes de "Un village français", elle pianote sur le clavier puis ira se coucher.

Violette Dame mauve le 16 novembre 2017





citations et expressions n°46



"Nos souvenirs sont le revers de nos espoirs"
(Maurice Chapelan)


"Les souvenirs d'amour sont les rentes du coeur"
(Charles Chincholle)

*

"Les souvenirs sont les reflets d'une vie"

Violette Dame mauve le 16 novembre 2017

Merci de vos participations

LADY MARIANNE
COVIX

mercredi 15 novembre 2017

Souvenir, souvenir...



Un jour leurs chemins se sont croisés
Main dans la main se sont promenés
Et le vent dans un bruissement léger
 comme un  étrange charme les envoûtait.
Délicieux moment d'un songe inoublié.

Certaines nuits leur relatent des regards
L'un et l'autre sur leur existence en écarts.
Même si les choses paraissaient bizarres,
Coïncidences de pensées qui désemparent,
Ils adoraient les méandres du hasard.

Féerie d'instants heureux irraisonnables,
Des maux engendrés rendant méprisable
Leur attitude en insouciance non louable,
 les mettant en une situation inextricable,
Mais ils ignoraient un jour, l'inévitable.

L'histoire, les événements, par la distance,
sans vraiment changer leur existence, 
Ont finit par transformer par imprudence
des rires en chagrins dans leur entourage 
entraînant les sentiments dans un marécage.

Reste cependant au fond de leurs coeurs
Une grande partie d'un passé bonheur
En cette journée de virtuel anniversaire.
Leurs horizons sont redevenus clairs,
et leurs beaux souvenirs restent très chers.

Violette Dame mauve le 15 novembre 2017


mardi 14 novembre 2017

Mardi poésie : Le bois amical



Le bois amical

Nous avons pensé des choses pures
Côte à côte le long des chemins,
Nous nous sommes tenus par les mains
Sans dire... parmi les fleurs obscures ;

Nous marchions comme des fiancés
seuls, dans la nuit verte des prairies;
Nous partagions ce fruit de féeries
La lune amicale aux insensés

Et puis nous sommes morts sur la mousse
Très loin, tout seuls parmi l'ombre douce
De ce bois intime et murmurant ;

Et là-haut dans la lumière immense
Nous nous sommes trouvés en pleurant
Ô mon cher compagnon de silence !

Paul Valéry

Violette Dame mauve le 14 novembre 2017

dimanche 12 novembre 2017

Liens de mes livres



Pour une raison que j'ignore certains liens de mes livres sur mon site personnel Edilivre ne fonctionnent pas. Je téléphone demain matin. De plus, figure dans ma liste un livre qui n'est pas de moi.

Mais ils sont tous disponibles par les liens ci-dessous, aussi bien à la Fnac que sur Chapitre.com


Liens de mes livres sur la fnac













 *

 Liens de mes livres sur le site Chapitre.com







samedi 11 novembre 2017

Journal d'une septuagénaire 7


7

          Elle se lève de bonne humeur et...Aie! Elle n'a cependant pas envie de parler de son état de santé parce que plus elle fait d'examens plus on lui trouve d'autres symptômes. Cela suffit comme çà. Avec la force de la tramontane aujourd'hui, elle n'a pas pris le risque de sortir. Il ne manquerait plus qu'elle attrape la grippe!

          Toutes les boules et décorations de Noël sont sortis des cartons. Elle les a triées pour ne garder que la couleur or, argent, violet et blanc.

          Certains diraient que c'est trop tôt, pas elle. L'inventaire lui permet de savoir ce qu'elle a en stock et savoir ce qu'elle doit acheter ou fabriquer. Son époux crise quand elle veut acquérir une nouvelle nappe " Tu en as plein les tiroirs!", C'est vrai mais pas de la couleur souhaitée pour cette année. en l'occurrence, violet ou parme à la rigueur. Elle lui a déjà fait changer des meubles et des plantes de place car le sapin ne sera pas au même endroit que les années précédentes. Elle n'a pas besoin de se casser la tête pour  la crèche, elle en a reçu une très grande en bois, oeuvre d'un ami. Cela va prendre pas mal de place mais les personnages font 30 cm de hauteur et elle a été faite selon cette taille! Elle ne le remerciera jamais assez car elle est magnifique.

          Parallèlement, elle a déjà emballé plusieurs cadeaux, elle s'est arrêtée pour cause de pénurie de papier! Son bureau ressemble à la caverne d'Ali Baba! Il y a le fait qu'il lui faut 19 cadeaux! Elle ne les a pas encore tous... Elle étale les dépenses sur trois mois...
Certains paquets partiront début décembre vers Paris, Pringy en Seine et Marne, Montigny-lès-Metz en Lorraine et Saint-Martin de Crau près d'Aix en Provence. Tous les ans c'est une sacré organisation. 

          Pour l'instant, elle va faire une pause pour boire un café ou un thé...

Violette Dame mauve le 11 novembre 2017


jeudi 9 novembre 2017

Journal d'une septuagénaire 6

          

6


          De la terrasse elle fixe le mont Canigou enneigé. Elle prend une photo même si elle en a déjà beaucoup. Le soleil éclaire les cimes blanches et c’est beau à regarder. Elle frissonne et ferme le battant de la porte vitrée. Le froid s’installe doucement.
*
       9 heures 30 : Sur le marché de Saint-Laurent, son époux et elle tentent vainement de résister au vent glacial. Après un cours trajet, ils décident de retourner dans la voiture et de faire les courses dans une grande surface. Quel bonheur ensuite, de retrouver la chaleur de leur foyer !

          Pendant le repas, relativement léger, viande, salades de concombre et céleri, ils tentent de parfaire leurs connaissances en répondant aux questions du jeu télévisé de Jean-Luc Reichmann, les douze coups de midi. En général ils sont très bons à cet exercice. Puis chacun vaque à ses occupations habituelles.

          Il regarde la télé tandis qu’elle continue un peu son manuscrit. Les derniers jours étant difficiles au point de vue santé, elle a perdu le fil mais tout est revenu dans l’ordre.

          Soudain un coup de blues, elle n’arrive pas à en connaître le pourquoi. Elle a le cœur étrangement triste, comme s’il lui manquait quelque chose. Les larmes coulent sur ses joues et embuent ses lunettes. Elle connait cette sensation d’angoisse. Toute son enfance, son adolescence et une partie de sa vie de femme ont été perturbées par des pressentiments et des prémonitions. Son père était conscient de cet état de fait, son mari aussi d’ailleurs même si au début il ne croyait à rien. Elle frissonne et se souvient :

          Elle était en dernière année de collège, pendant un cours de français, elle a eu un flash, une image étrange, elle voyait son père dans une maison de la Boulonnerie d’Ars-sur-Moselle. Il était assis sur la partie haute du lit et soutenait la tête de sa belle-sœur, le visage était étrangement bleu. Effroi de dame mauve ! Elle se leva, n’écouta pas le professeur qui lui disait de revenir, croisa la surveillante générale dans le couloir, enfila son manteau et prit le bus pour rentrer chez elle. A son arrivée la voisine lui dit « Vos parents sont absents, ils sont chez votre tante suite à un appel d’urgence… ». Elle avait les clés, ouvrit la porte, jeta son sac sur le canapé vert, (oui il était en tissu ottoman vert, elle s’en souvient très bien) et resta assise jusqu’à l’arrivée de ses parents trois heures plus tard. Sa mère lui demanda si les cours avaient fini plus tôt mais son père s’assit à côté d’elle et lui dit simplement ; « tu sais… tu l’as vue n’est-ce pas… ». Entre eux tout était si facile, pas besoin de donner des explications, ils se comprenaient…

          Il faut dire que ce phénomène n’était pas le premier et loin de là pas le dernier puisque cela arrive encore !

          Pas très réjouissant tout cela. Allons, elle ne doit pas se mettre martel en tête. Elle repousse toute pensée négative, certainement en pure perte, et va préparer le dîner. Elle n’en parle pas à son époux, inutile de l’alerter.


          Une fin de journée étrange….


Violette Dame mauve le 9 novembre 2017


Citations et expressions n°45




" Une partie de la vie se passe à désirer l'avenir, et l'autre à regretter le passé"

(Gabriel Girard)

*

Je ne regrette pas le passé, j'ai simplement une certaine nostalgie des bonnes choses et des gens que j'ai aimés et qui ont quitté ce monde.

Violette dame mauve le 9 novembre 2017

Merci de vos participations

Lady Marianne

Covix

mardi 7 novembre 2017

Journal d'une septuagénaire 5


          Elle se couche à minuit trente. A deux heures premier réveil... Par le vent! Elle se rendort relativement vite grâce au somnifère. 
          Quatre heures quarante deux indique le radio réveil, douleur dans la jambe et le pied gauche. Elle est obligée de prendre un antalgique. Elle marche un peu dans la pièce puis se recouche. 
         Six heures dix : La barbe! Elle n'aurait pas dû boire une tisane avant d'aller au lit! Dehors le vent est déchaîné, les chaises de jardin cognent contre la table. Elle aurait dû les empiler mais elle ne va pas le faire maintenant! 
          huit heures quarante : petit-déjeuner préparé par son époux, rituel habituel. Son esprit est un peu embrouillé, le somnifère n'a pas terminé son effet. Finalement elle se recouche et dort comme une masse plus de deux heures.
          Rien d'extraordinaire!
          Elle a une envie folle de pain d'épices au chocolat en forme de bretzel comme lors des Noël chez ses parents! Ces friandises allemandes elles sait les trouver chez Aldi mais ce ne serait pas raisonnable. Alors elle se contente des gâteaux secs sans sucre achetés en Espagne. Elle sait cependant qu'elle en achètera quand même car Saint Nicolas sans pain d'épices ce n'est pas Saint Nicolas. 
          Elle se souvient de la tradition familiale pour cette fête qu'elle a perpétuée avec ses enfants. Chacun des quatre, deux garçons et des filles jumelles, le 6 décembre au matin, avait droit à une assiette décorée avec des saint-Nicolas en pain d'épices et en chocolats, des mandarines, des noix et des  friandises diverses. Elle était émue à l'époque de voir la joie dans les yeux de ses enfants. C'était une autre époque, sans tablette, sans ordinateur et surtout sans téléphone mobile.
          Même si elle apprécie le progrès, elle a la nostalgie de petits moments de sa vie. Ce sont et cela restera de très bons souvenirs.

Violette Dame mauve le 7 novembre 2017 

Mardi poésie : Naissance de Vénus


NAISSANCE DE VENUS

De sa profonde mère, encor froide et fumante,
Voici qu'au seuil battu de tempêtes, la chair
Amèrement vomie au soleil par la mer,
se délivre des diamants de la tourmente.

Son sourire se forme et sourit sur ses bras blancs
Qu'éplore l'orient d'une épaule meurtrie,
De l'humide Thétis la pure pierrerie,
Et sa tresse se fraye un frissons sur ses flans.

Le frais gravier, qu'arrose et fuit sa course agile,
Croule, creuse rumeur de soif, et le facile
Sable a bu les baisers de ses bonds puérils;

Mais de mille regards perfides ou vagues,
Son oeil mobile mêle aux éclairs de périls
L'eau riante, et la dame infidèle des vagues.

Paul Valéry

Pour Lady Marianne

lundi 6 novembre 2017

Journal d'une septuagénaire 4


          La tramontane souffle à 140 à l'heure et cela fait du bruit dans la maison. Après une nuit tourmentée par le vent et les maux de toutes sortes, la dame ne se sent pas vraiment en forme. 
          Le soleil et de la partie et inonde de ses rayons le palmier qui ne sait plus où donner de la tête sous la tempête. Heureusement il ne pleut pas!
          Seule dans la maison car son mari a accompagné son fils chez des amis, les pensées vagabondent et pas toujours dans le sens qu'il faudrait.
          Un souvenir heureux raconté par son père la fait cependant sourire. C'était en 1969, pas d'hier! 
          Son père racontait sa croisière sur le France avec ses collègues de travail. 
          Pour la nourriture il était très difficile, il ne mangeait que du porc, du boeuf et du veau. Arriva le plateau de fruits de mer. Catastrophe! Il demanda un plat  de charcuterie variée. Jusque là pas trop de problème car quelques autres firent comme lui. Mais quand se présenta le plat de résistance, un Chateaubriand!Il demanda à ce qu'il soit bien cuit et sans foie gras! Il renvoya deux fois la viande car encore trop saignante. La troisième fois, le chef se déplaça et  lui dit : Je refuse de cuire même une minute de plus, ce pavé de boeuf ce serait gâcher la marchandise! Du coup, il ne le mangea pas. Par contre le dessert fut à son goût.
          La morale de cette histoire, tous ceux qui avaient mangé des crustacés sur le bateau ont tous été malades. Son père était dans une forme parfaite!
          C'était un phénomène, il ne mangeait ni poulet, ni poisson, ni lapin, pas de gibier ni tout ce qui pouvait s'y rapporter, même pas en terrine. Les escargots, quelle horreur! 
          Plus tard en raison de ses problèmes cardiaques, il supprima également le porc mais uniquement en rôti ou côtelettes. Sa femme n'était pas à la fête dans la cuisine! 
          Il aimait énormément la charcuterie lorraine et les gros gâteaux, ce qui lui coûta la vie en janvier 1986.
          Le plus grand regret de la dame, avec les moyens d'aujourd'hui, il aurait pu être sauvé. Mais serait-il encore là à 96 ans et dans quel état ?
          Son absence est cependant cruellement ressentie, il étaient tellement proches tous les deux, en osmose... Parfois des grincements de dent car tous deux avait un fort caractère, mais cela ne durait pas. 
          Passionnés par la parapsychologie ils étaient proches même séparés par 800 kilomètres. Quand l'un était malade, l'autre le ressentait et vice versa. Son départ laissa un grand vide et ce vide est toujours là après plus de 31 ans!


Violette dame mauve le 06 novembre 2017

mercredi 1 novembre 2017

citations et expressions n°44


Je l'ai trouvé il y a plus de 46 ans et il dure toujours

Violette dame mauve le 01 11 2017

Merci de vos participations

Lady Marianne

Covix

mardi 31 octobre 2017

Mardi Poésie


Au bois dormant


La princesse dans un palais de rose pure, 
Sous les murmures, sous la mobile ombre dort ;
Et de corail ébauche une parole obscure
Quand les oiseaux perdus mordent ses bagues d'or.

Elle n'écoute ni les gouttes, dans leurs chutes,Tinter d'un siècle vide, au lointain le tgrésor,
Ni, sur la forêt vague, un vent fondu de flutes
Déchirer la rumeur d'une phrase de cor.

Laisse, longue, l'écho rendormir la diane,
Ô toujours plus égale à la molle liane
Qui se balance et bat ses yeux ensevelis.

Si proche de ta joue et si lente la rose
Ne va pas dissiper ce délice de plis
Secrètement sensible au rayon qui s'y pose

Paul Valéry

*
Violette W-Ruer le 31 octobre 2017

Pour



dimanche 29 octobre 2017

Journal d'une septuagénaire 3


3

Une journée banale


          Une journée banale certes mais qui commence très tôt. A 2 heures 20, un bruit sec... Dame s'éveille en sursaut, le coeur bat la chamade... Pas de chance, pour une fois elle avait réussi à s'endormir sans problème. Maudit battant supérieur de la porte!
          Elle se lève, fixe la lune très souvent cachée par les nuages et entend le vent, et quel vent! La tempête fait rage mais il ne pleut pas. Une douleur fulgurante dans la jambe gauche la fait chanceler, elle se retient au dossier d'une chaise, elle ne tombe pas... Elle marche, des va et vient dans la grande cuisine.
          2 heures  50 elle se recouche, avale deux antalgiques, mais il est difficile de trouver une position confortable. Elle y parvient...
          Elle ouvre les yeux, le radio réveil indique 4 heures 53. Comme elle n'a pas envie de se lever, elle se tourne et se retourne dans le lit. Impossible de rester en place! Il faut qu'elle calme la douleur! Une nouvelle fois elle marche de long en large dans la cuisine éclairée par une bougie pour ne pas gêner son époux.
          Le retour dans son lit est difficile mais elle ne peut quand même pas dormir debout comme les chevaux!
          Quand le sommeil l'a-t-il rattrapée ? Elle l'ignore... Le changement à l'heure d'hiver ne l'a pas affectée. Elle a dormi jusqu'au moment du petit-déjeuner préparé par son mari, soit trois heures environs.
          Douche chaude pour relaxer les muscles, un peu de maquillage, habillage et la voilà prête pour se rendre sur le marché de Port-Leucate...


*

           Que de monde malgré le vent terrible qui glace le visage! Les yeux sont humides car irrités par le souffle agressif. Après ses emplettes de légumes, elle se décide à marcher un peu avant de retourner vers la voiture. 2781 pas soit 1.660 km c'est suffisant pour aujourd'hui avec la tramontane. L'essentiel est de marcher un peu tous les jours a dit le médecin. Ce n'est pas le moment d'attraper la grippe!

*

          Quel frugal déjeuner! Saumon frais poché et citronné, blancs de poireaux sans vinaigrette, 30 grammes de pain complet aux céréales avec un petit morceau de gorgonzola et une mandarine. Le tout s'est terminé par une tisane après-repas.
          Il est évident que ce ne fut pas le menu de son époux!

          Le soleil réchauffe le salon et c'est agréable de s'y installer pour regarder la télé.

          Auparavant elle  pianote sur son clavier pour narrer cette demi-journée.

A suivre...

Violette W-Ruer le 29 octobre 2017